Marcio Lage: l’interview

Pilier de la formation du CSI depuis de nombreuses années, Marcio Lage fait également partie depuis 2 ans et demi du staff de la première équipe. Malgré son jeune âge, il fait l’unanimité au sein du club grâce à ses connaissances techniques et son amour pour le football. Rencontre avec un des acteurs majeurs du renouveau du CSI depuis quelques années …

Salut Marcio, peux-tu te présenter et nous expliquer un peu ton parcours footballistique ?

Je m’appelle Marcio Lage, j’ai 25 ans et je suis portugais.

Je travaille actuellement pour le Groupe Mutuel et je suis en parallèle une formation dans le but d’obtenir un brevet fédéral.

J’ai arrêté de jouer au football assez jeune car je me suis passionné pour le rôle d’entraîneur. J’ai débuté un peu par hasard à l’âge de 12 ans. Je devais alors arbitrer un match de juniors E, mais le mythique Gilles m’a convaincu de remplacer un moniteur de l’école de football du CS Interstar. J’ai pris mon rôle à cœur et j’ai poursuivi à ses côtés. J’ai eu beaucoup de chance de croiser son chemin ce jour-là, d’autant plus que l’on ne se connaissait pas. Ses enseignements m’ont beaucoup aidé et tout est allé très vite.

A 16 ans j’ai débuté une nouvelle étape au Servette FC. J’ai eu la chance de côtoyer des vrais passionnés du football cantonal : José Polidura, Christian Lanza et bien d’autres. En grenat, on pense football toute la journée. J’ai énormément appris pendant cette étape.

Après un break d’une année, j’ai rejoint le FC Champel. Un club grandissant et ambitieux. Je me suis occupé de juniors pendant deux années avant de revenir au CSI.

Depuis 2 ans et demi, je fais partie du staff de la première équipe. J’ai également eu diverses responsabilités dans la gestion sportive du club concernant les juniors E à C.

Marcio

Pourquoi es-tu au CSI et que représente ce club pour toi ?

J’avais quitté le club parce que je ne me voyais pas refuser la proposition d’évoluer au Servette FC. Par la suite, j’ai dû revoir mes priorités et assurer mon avenir en me consacrant à mes études, ce qui m’a éloigné du football d’élite.

Mon retour au CSI s’est fait lors de l’élection du nouveau comité en 2013. Le club a alors affiché de nouvelles ambitions et s’est modernisé. Comme beaucoup d’autres, j’ai toujours cru au potentiel du quartier dans lequel j’ai grandi. La solution pour l’exploiter aurait pu passer par une fusion intelligente des 3 clubs de Varembé. Mais les doutes avérés de certains membres du CSI vis-à-vis du projet présenté les ont unis et motivés à se battre pour relancer le club. J’ai cru en nos chances de réussite, même si sincèrement, je n’avais pas imaginé un tel engouement et des résultats sportifs aussi importants en si peu d’années.

Aujourd’hui plus que jamais, je suis très fier de faire partie de ce club et d’avoir participé à sa « renaissance ». Sans oublier toutes les personnes qui soutiennent le club et qui font de chaque rencontre à Varembé un enfer pour nos adversaires. C’est aussi ça le CSI.

Le CS Interstar représente beaucoup plus qu’un club pour nous. Pour ceux qui sont là depuis plusieurs années, c’est une grande fierté de voir le chemin parcouru. Je suis sûr que l’avenir nous réservera encore bien d’autres surprises.

Tu as coaché des juniors et des adultes : quelles sont les principales différences et où va ta préférence ?

La formation est très différente du football des adultes. On doit veiller à ce que les joueurs prennent du plaisir, c’est le plus important.

Avec les jeunes, on recherche la progression individuelle afin que chacun puisse exploiter un maximum son potentiel. Aussi, l’éducation prend une place de plus en plus conséquente.

Dans le football des adultes, on pense beaucoup plus au groupe et aux résultats. On doit assembler des individualités, les mettre en concurrence pour en retirer le meilleur de chacun et ainsi améliorer le collectif. La partie psychologique joue un rôle primordial. Pour être performante, l’équipe doit avoir un but commun et tirer à la même corde. Les joueurs doivent s’identifier au projet et se sentir importants dans l’effectif.

Ces deux étapes me plaisent, mais je dois avouer que les deux dernières saisons avec Stéphane Formenti (mes premières en actif) font pencher la balance pour le football des adultes.

Quels sont tes objectifs à moyen et long terme ?

Bonne question ! Je ne me suis pas fixé d’objectifs précis. Néanmoins, dans un avenir proche, je souhaite me lancer dans un projet avec une équipe d’adultes ou une équipe « réserve », composée de joueurs en post-formation.

Merci Marcio. On te laisse le mot de la fin, si tu souhaites ajouter quelque chose..

Je souhaite remercier toutes les personnes du club. Mention spéciale à Stéphane Formenti avec qui j’ai passé deux très belles années et que j’espère revoir rapidement sur les bancs, de préférence sur le même que le mien !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*