Interstar démarre son aventure en 2ème ligue inter ce week-end contre Sierre. Ce seront également les débuts du nouvel entraîneur, Luigi Pisino.

Ce sera une première pour tout le monde dimanche à Varembé. Interstar disputera le premier match de son histoire en 2ème ligue interrégionale tandis que Luigi Pisino  coachera le premier match de sa carrière d’entraîneur. Assistant de Liniger à Collex puis de Del Rosso à Veyrier et US Carouge, le jeune entraîneur volera désormais de ses propres ailes.

Un joueur prometteur

Car avant d’être entraîneur, Luigi Pisino a surtout été l’un des joueurs les plus prometteurs du canton, qui a connu sa dose de malchance. Formé à Servette, il intègre la première équipe en 2003. Mais pas de chance, Marc Roger reprend le club à ce moment-là et débarque à La Praille avec des vedettes. Direction le FC Baulmes du mégalomane Fabian Salvi en Challenge League. Mais là aussi, l’instabilité règne et les entraîneurs se succèdent. Retour dans la région, à Nyon d’abord puis surtout Etoile Carouge en 1ère ligue, qui a pour objectif de monter en Challenge League. Malheureusement, il fera partie de cette volée qui a survolé les championnats tout en échouant lors des finales de promotion.

C’est à Carouge que son genou commence à se montrer capricieux et une grosse blessure le contraint à lever le pied. Direction Collex-Bossy cette fois, en 2ème ligue inter. « Les médecins m’avaient conseillé d’arrêter le foot, mais à Collex j’ai réussi à trouver un juste milieu, j’avais une marge de manœuvre par rapport aux entraînements ». Malgré quelques alertes, il n’arrive jamais vraiment à décrocher. Il devient l’assistant de Pierre-Yves Liniger, tout en continuant à « dépanner » sur le terrain. « Ça me démangeait trop », reconnaît l’intéressé. Car l’élégant milieu de terrain a toujours eu des fourmis dans les jambes et n’a jamais quitté le terrain, même il y a encore quelques semaines à l’US Carouge, en 3ème ligue, quand il était l’adjoint de Del Rosso, « mon mentor, l’entraîneur idéal pour partager un rôle d’adjoint ». Mais c’en est fini de tout ça : à Interstar, il ne sera qu’entraîneur. Et c’est déjà suffisant, tant le challenge qui l’attend est de poids.

Formenti a laissé la barre très haute

Interstar, probablement le club du canton qui a le plus progressé ces dernières années, passant de la 3ème ligue à la 2ème ligue inter en deux saisons, découvrira cette catégorie après avoir été sacré en toute logique champion genevois de 2ème ligue. Pisino succède donc à Stéphane Formenti, qui s’occupera désormais de la communication du club et qui a laissé la barre très haute, tant ses deux années à la tête du CSI ont été extraordinaires. « Cela faisait déjà trois ans que j’étais adjoint et je me sentais prêt à entraîner seul, détaille Pisino. Stéphane Formenti m’a appelé avant la fin de la dernière saison, avant même qu’Interstar soit champion, pour me demander si j’étais intéressé. Ça s’est fait assez simplement, j’ai dit oui avant de savoir si c’était en 2ème ligue ou en 2ème inter ».

Pisino, qui aura comme adjoint Mohand Laddi (voir photo), sait quel est le défi qui l’attend et son inexpérience en tant qu’entraîneur principal ne l’effraie pas : « La barre est haute, deux montées consécutives c’est très rare. Mais ça ne me fait pas peur. J’hérite de l’excellent travail fait par Formenti, j’ai de la chance d’arriver dans ce contexte-là. La 2ème ligue inter, même si je n’y ai jamais entraîné, je la connais très bien en tant que joueur et adjoint. Et beaucoup de joueurs la connaissent aussi ».

lancy-interstar-1516-1024x689Seconde promotion consécutive pour Interstar en mai dernier

Un recrutement de qualité

Ce rôle de novice ne fait pourtant pas d’Interstar le petit poucet de la ligue. Certes, le club de Varembé a probablement le plus petit budget de la 2ème ligue inter, mais possède d’autres arguments pour faire bonne figure : « Nous n’avons pas les moyens financiers des autres équipes, par contre nous avons une motivation et un cœur plus gros que les autres », confie l’entraîneur italien, supporter du club de Parme.

Même si nous prenons le pari que l’équipe se maintiendra haut la main dans cette nouvelle catégorie de jeu, Luigi Pisino n’oublie pas l’objectif principal : « En tant que néo-promu, bien entendu le premier objectif est de se maintenir. Mais on ne viendra pas dans nos petits souliers. On ne va jamais aborder un match pour faire match nul. On a une équipe compétitive, beaucoup de joueurs ont connu des ligues supérieures ».

Les joueurs justement. Ils sont le moteur essentiel de la bonne tournure de cette équipe composée de « revanchards » qui ont évolué plus haut mais aussi de très bons jeunes éléments. Au contingent de l’année dernière, il faut ajouter les recrutements de Ben (Bernex), Garcia (Carouge), Revilloud (UGS), Kisunda et Idrizi (CS Italien), Zurbrügg (Veyrier) ou encore Manssour Thiam, le frère d’Abdullay, qui sont venus renforcer un effectif déjà bien garni, dont il sera difficile d’en choisir que 11. Seul hic : la blessure de Yunis Mohamed Ali, qui s’est déchiré les ligaments de la cheville et qui sera absent environ deux mois.

C’est donc main dans la main qu’Interstar et Luigi Pisino entameront une saison 2016-2017 pleine de découvertes pour les deux parties. « Le dialogue entre les joueurs et moi s’est construit pendant cette préparation. Je pense qu’il y a une réelle entente et je sens qu’il y a une très grosse motivation. Je suis impatient »,poursuit Pisino. Interstar paraît plus qu’armé pour faire une bonne saison. Le premier test a lieu dimanche à 14h contre le FC Sierre à Varembé. Avec un public comme d’habitude très nombreux et dévoué. « Ce sera une de nos plus grandes forces », conclut l’entraîneur débutant.

kisunda-interstar-768x512Kisunda, l’une des recrues de ce mercato

 

Photos : CS Interstar et OneClick-Photo