Mohand Laddi – L’Interview

Interstar - Laddi - Mohand

Un pilier du CSI a décidé de ne plus rechausser les crampons et quitte donc ses cages de Varembé sur un titre honorifique de Champion d’Automne. Rencontre avec Mohand Laddi, gardien emblématique et attachant qui a toujours tout donné pour son club et ses coéquipiers.

Salut Mohand, tu as décidé de mettre fin à ta carrière avec effet immédiat! Peux-tu nous expliquer pourquoi ?

Mohand : Je dois avouer que cela faisait un moment que j’y pensais, mais je n’avais jamais eu le « courage » de prendre cette décision. Cela fait un moment aussi que je n’arrive pas à faire une saison complète, donc j’en avais marre de faire les choses à moitié. Et cela va me permettre de me consacrer avec toute mon énergie à ce nouveau rôle d’entraineur des gardiens, d’abord au sein du club et notamment avec la 1ère, puis pourquoi ne pas en faire mon métier.

Pour un compétiteur comme toi, ce n’est pas trop dur d’arrêter en milieu de saison, en étant en tête du championnat ?

Mohand : Si, ça a été ultra difficile mais je me dois d’être honnête avec le groupe et les autres gardiens de l’équipe, des potes. J’ai beaucoup de projets professionnels, notamment intégrer un centre de formation en Algérie à moyen terme pour entrainer des gardiens, et je ne pourrai pas m’investir comme il le faudrait pour l’équipe. Même s’il faut se faire une raison, j’ai toujours eu ce rêve de vivre du football, ma passion. Et depuis quelques temps, j’y crois à nouveau grâce à ces projets. J’ai donc pu faire le deuil de ma vie de joueur de foot.

La dernière image que tu laisses sur un terrain est donc ce combo « sortie kamikaze hors des 16m + placage à la Chabal synonyme de carton rouge + sortie du terrain à la Hulk en déchirant ton maillot de rage » lors du match contre Lancy 2. C’est ça Mohand Laddi ?

Mohand : Merde c’est vrai! (rires) Non non, c’est clair que j’aurai préféré terminer sur quelque chose de positif. D’ailleurs je ferai probablement mon jubilé lors du match amical contre les USA M17 en mars, pour finir sur une note plus sympa. Pour revenir sur cet épisode contre Lancy, j’espère que ce n’est pas l’image que les gens garderont de moi. Je suis compétiteur et parfois je vais trop loin. Mais je tiens à souligner que c’est le premier (et donc dernier) carton rouge de ma vie. A croire qu’il fallait que j’en prenne un avant de raccrocher. En tout cas je n’essaye pas d’esquiver la suspension en arrêtant (rires)

Pour ceux qui ne te connaissent pas encore, peux-tu nous expliquer ton parcours ?

Mohand : C’est la World Cup aux USA en 94 qui m’a donné envie de commencer le foot. J’ai donc rejoins le CS Interstar avec des amis. Dès les juniors E, je choisis le poste de gardien. J’atterris ensuite à Servette vers l’âge de 12 ans. Là-bas, je signe un contrat stagiaire en tant qu’externe, à savoir que je m’entraine avec les gars du centre de formation mais dors chez mes parents. En parallèle, je suis une formation pour obtenir un CFC de footballeur à Fribourg. Après deux ans, je me blesse gravement et commence à envisager une formation pour un métier plus traditionnel que footballeur. Malheureusement, l’aventure au Servette ne se finit pas bien, mais je ne souhaite pas trop rentrer dans les détails. Je rejoins donc Etoile Carouge avec les M19 puis rapidement en 1ère ligue, en tant que deuxième ou troisième gardien. La bas, je suis apprenti boulanger la nuit et footballeur semi pro la journée. Malheureusement j’ai de plus en plus de blessures et je décide d’arrêter le foot pour trouver un métier ou une formation avec un avenir. Cette période dure 3 ans et coïncide avec des moments très difficiles dans ma vie. En 2009, Stéphane Rychen (entraîneur) et mon frère Snoussi (alors président du club) me motivent à venir donner un coup de main à mon club d’enfance, le CS Interstar, qui avait besoin d’un gardien en 4ème ligue. Je faisais uniquement les matches le dimanche, c’était un peu particulier. Malgré tout, j’ai un peu saturé avec le poste de gardien et je décide d’aller avec la 2 la saison suivante en tant que joueur de champ. Tiago Da Silva reprend ensuite la 1ère, et me propose de le rejoindre pour donner un coup de main aux buts. La suite est connue, promotion en 3ème ligue la première année, barrage perdu de justesse l’année suivante, finale de coupe la 3ème année et promotion l’année passée en 2ème ligue. Je me réjouis maintenant de découvrir une autre partie du foot en intégrant le staff de la première du CSI comme entraîneur des gardiens.

On a l’impression que le CSI représente plus qu’un club de foot pour toi. Peux-tu nous expliquer pourquoi ?

Mohand : C’est simple, j’ai l’impression que je lui dois beaucoup. Ce club m’a appris beaucoup de choses dans la vie, notamment l’humilité, le respect et l’abnégation qui étaient les valeurs d’un entraîneur cher au club et que j’espère maintenant représenter dignement. Je suis quelqu’un de loyal, je donne beaucoup d’importance à l’écusson. En 20 ans, je n’ai porté que 3 maillots diffèrents d’ailleurs. Ce club m’a permis de rencontrer des amis, de découvrir le foot, de caresser le rêve d’en faire mon métier. Je lui en suis très reconnaissant.

Est-ce que tu t’attendais à une telle évolution du club dans son ensemble, avec ce titre de champion d’automne de deuxième ligue comme cerise sur le gâteau ?

Mohand : Non, franchement pas, je ne pensais pas que cela allait prendre cette ampleur. C’est vraiment cool mais je me demande parfois où et comment cela va s’arrêter (rires). Quand on était gamin, nous avions le rêve de créer le FC Montbrillant, et j’ai l’impression qu’on l’a un peu réalisé.

Un mot pour conclure ?

Mohand : Même si je quitte ma cage, je ne quitte pas Varembé. Ce n’est donc pas un au revoir, juste une nouvelle aventure qui commence. Et j’aimerai aussi remercier toute les personnes qui font vivre le club, des joueurs au comité ou encore les supporters et tous ceux qui amènent de l’énergie positive à notre CSI !

Merci pour tout Mohand, et bonne chance pour tous tes nouveaux projets!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*